VOTE | 34 fans

#102 : Réveil difficile

Réalisateur : Craig Gillepsie
Scénariste : Diablo Cody

Tara ne se sent pas capable de parler de sexe avec ses enfants. Pour le faire, elle fait donc appel à l'une de ses personnalités, Alice.

Titre VO
Aftermath

Titre VF
Réveil difficile

Première diffusion
25.01.2009

Première diffusion en France
13.05.2010

Plus de détails


Tara continue sa thérapie devant sa caméra. Elle déteste remettre de l’ordre après le passage de ses autres personnalités. Elle a l’impression d’avoir une beuverie dans la tête, s’être évanouie pendant que les autres mettent un joyeux bazar dans la maison. Elle convoque ensuite l’habituelle réunion de famille, Marshall précise qu'il préférerait qu'on parle de sommet.

Après avoir donné son accord, Tara revient sur la présence de T. qui s’accompagne de mystérieuses dépenses sur sa carte bleue. Les regards de la famille se tournent vers kate, obligée d’avouer les achats qu’elle a effectués. Elle mentionne qu’elle n’a pas enlevé les étiquettes sur les vêtements et qu’elle ira les rendre. Tara note également que Buck est arrivé ensuite. Max ajoute que Buck s’est battu et Marshall, fièrement, fait observer qu’il l’a aidé. Tara referme son cahier et remarque que c’est plutôt bien de pouvoir en discuter en famille.

Tara reproche à Max d’être allés au bowling sans elle ; Max fait allusion à la serveuse du snack dont Buck a le béguin et à laquelle il a offert un ours en peluche gagné aux jeux vidéo. Max rappelle à Tara qu’en arrêtant son traitement, ils s’attendaient à voir toute la bande refaire surface. Il ne peut pas comprendre pourquoi Tara a besoin d’eux, mais ils ne pourront pas le savoir s’ils ne les laissent pas venir.

Tara rend visite à Marshall dans sa chambre. Il regarde « la boite de pandore » un film de 1929 qu’il qualifie de chef d’œuvre. Tara demande à son fils s’il a quelque chose à lui dire, il lui demande s’il a appelé. Il explique qu’il a eu des divergences d’opinion avec son prof d’anglais. A une question de ce dernier et bien qu’il lui ait été signifié que sa réponse était inappropriée, Marshall insiste, pour lui le roman qu’ils étudient à une connotation sexuelle. Tara se propose d’aller lui parler mais Marshall refuse qu’elle se soucie de ses «trucs scolaires stupides».


Tara se précipite dans la chambre de sa fille en entendant les jurons proférés par Kate, ulcérée par une botte qu’elle n’arrive pas à ôter. Tara lui avoue être fière de la manière dont Kate gère ses problèmes pendant qu’elle est «absente». Tara souhaiterait avoir une conversation sur le sexe avec sa fille mais Kate ne se montre pas coopérante. Tara sort au moment où Max entre dans la chambre. Kate lui explique qu’elle déteste quand sa mère voudrait se montrer cool et faire comme si elles pouvaient parler de tout. Cynique, Kate ajoute qu’il l’a épousée et choisie mais pour elle, la situation est dramatique et bizarre.


Décontenancé, Max sort en fermant la porte. Il retrouve Tara dans le couloir et essaie de la réconforter en lui promettant qu’un jour sa fille grandira, aura des enfants et se montrera plus humaine au lieu de cette «saloperie de Barbie Punky». Max dit à Tara qu’il ira rencontrer le lendemain le professeur de Marshall. Etonnée, elle indique que leur fils ne voulait pas qu’ils aillent le voir mais Marshall qui entend la conversation sort de sa chambre et embarrassé essaie de s’expliquer, Max vient à son secours en disant qu’ils avaient pensé qu’une rencontre entre hommes serait la meilleure solution. Blessée, Tara approuve leur décision.

 


Le lendemain, Tara et Charmaine se promènent dans une galerie commerciale. Tara est inquiète pour Marshall qui a uriné au lit, ce qui ne lui était plus arrivé depuis ses 11 ans, d’autre part, elle ne peut plus avoir de dialogue avec Kate. Deux jeunes femmes les abordent en demandant des nouvelles à Tara. Cette dernière se souvient alors qu’elle avait promis de confectionner un gâteau pour les petits Brésiliens au palais fendu. L’une des amies remarque qu’elle n’y comptait pas vraiment connaissant les problèmes rencontrés par Tara et notamment à cause de Kate et son boy friend. Charmaine, agacée, réplique qu’il ne s’agit pas de son boy-friend mais d’un benjamin grossier, qui manque de respect aux jeunes filles et met du liner. Elle entraîne ensuite sa sœur dans un magasin mais elle constate avec effroi que sa sœur change de personnalité.


Au lycée, Marshall discute avec une amie qui essaie de persuader le jeune homme de ne pas se laisser impressionner par leur professeur, diplômé d’une école publique. Pendant ce temps, chez un client, Max doit quitter son chantier pour se rendre au lycée de Marshall.

 


Tara est rentrée chez elle et c’est Alice, tablier bien tiré, qui travaille en cuisine. Coquettement vêtue, Alice se présente au lycée, devant la table chargée de gâteaux, des amies de Tara. Ces dernières, sidérées, réceptionnent le magnifique gâteau confectionné par Alice pour la vente des gâteaux au bénéfice de leur œuvre.

Dans la classe de Marshall, le professeur assure à Max qu’il n’a rien de personnel contre le jeune homme, il applique seulement le programme prévu. Il comprend que la famille Gregson vit dans un contexte familial farfelu mais il ne peut accepter que dans sa classe Marshall soit différent des autres élèves.


Max fait remarquer qu’il pense qu’il s’agit tout de même d’un problème personnel, lorsqu’Alice entre dans la classe, souriante. Alice informe le professeur qu’ils sont très inquiets au sujet de Marshall. Le professeur considère que Marshall est un défi unique, Max se met en retrait de la conversation et observe Alice la mener. Alice demande son prénom au professeur qui indique Oral.


Elle reprend en assurant qu’ils connaissent tous le fond du problème, selon elle, la différence, que lui plus que quiconque devrait comprendre. Elle évoque le pauvre petit Oral Gershenoff, assis au fond de la classe, avec ses drôles de cheveux et son drôle de nom, rêvassant des sports qu’il ne pratiquera jamais et des filles qu’il ne touchera jamais. Elle affirme que chouchouter les capitaines de foot et les reines du bal d’aujourd’hui n’apaisera pas ses blessures d’hier, ils ne l’apprécieront guère plus qu’ils ne le faisaient alors. S’en prendre à l’enfant bizarre n’aidera pas l’enfant bizarre qu’il était. Elle lui conseille de commencer par l’amour. Emu, le professeur Gershenoff répond qu’il ne voulait pas montrer Marshall du doigt. Il se reprend et accepte de conserver la moyenne de Marshall s’il fournit un devoir supplémentaire. Alice le remercie et sort de la classe, suivie par Max, fier de sa femme.


La famille Gregson se retrouve dans un fast-food le soir même. Marshall est soulagé, Alice lui a sauvé la vie. Puis Alice essaie de communiquer avec Kate qui l’ignore et demande quand sa mère reviendra. Alice estime que Tara n’étant pas en mesure de gérer la famille actuellement, ils ont besoin d’elle. Kate se lève et se rend aux toilettes où Alice la rejoint. Elle avoue à la jeune fille qu’elle sait qu’elle ne l’apprécie pas. D’autre part, malgré la manière dont elle se comporte, la mère de Kate l’aime énormément, elle s’inquiète pour sa fille car elle l’a eue à 19 ans, ce qu’elle a vécu comme une réelle épreuve. Kate se trouve géniale et non une épreuve pour sa mère. Alice continue et la qualifie d’ingrate. Kate répond par des insanités pour provoquer Alice qui décide de prendre du savon pour laver la bouche de la jeune fille.

En entendant les hurlements qui arrivent des toilettes, Max suivi de Marshall se précipite pour séparer la mère et la fille.


De retour à la maison, Alice vient parler à Marshall dans sa chambre. Elle lui dit qu’il ne doit pas avoir honte d’une perte de contrôle car beaucoup d’hommes prestigieux ont eu ce genre de petits soucis. Marshall est tout de même gêné d’en parler avec Alice qui lui confie que si tout se passe bien, elle sera là tout le temps. Max se rend de son côté dans la chambre de Kate, il s’excuse pour Alice, laver la bouche avec du savon était de la folie. Il lui montre un album de photos qu’Alice a rassemblées et rangées. Kate, toujours de mauvaise humeur, accepte tout de même de le garder.


Alice rejoint Max dans leur chambre. Elle sort une planche à repasser et se met en devoir de repasser les jeans de Max. Max refuse, il ne veut pas de plis à sa salopette de travail puis il lui demande pourquoi elle a voulu laver la bouche de Kate. Alice explique qu’elle tenait des propos très inconvenants. Max réplique que sa fille a toujours été franche, une raison pour laquelle il l’aime, donc il demande à Alice de lui laisser dorénavant décider de la punition. Alice, contrite, range fer et table à repasser, tandis que Max se jette sur son lit et allume la télévision.

 

Plus tard, Marshall place une alèse de protection dans son lit pendant que Kate feuillette l’album de ses photos dans la cuisine. Alice essaie de séduire Max, elle souhaiterait avoir un bébé. Max pour sa part n’en veut pas et signale que Tara, qui porte un stérilet, non plus. Alice pense qu’il s’agit d’un objet de Satan et se penche pour embrasser Max mais celui-ci lui tourne le dos et éteint la lumière.

Dans sa chambre, Tara est face à la caméra

Tara : Je déteste vraiment ramasser derrière eux. Pas les enfants, hein... Les doubles. Le chantier qu'ils laissent peut être effarant. Avoir plusieurs personnalités, c'est comme... une beuverie dans ta tête. Sauf que tu t'évanouis pendant que les autres foutent un joyeux bazar.


La famille est réunie dans le salon :

Tara : La réunion de famille peut commencer.

Marshall : J'aimerais qu'on dise sommet, ça fait plus mondial, plus Suisse.

Tara : OK, donc... Vendredi après-midi, je crois que T. était là, non ?

Max : C'était carrément l'heure du T.

Tara : Auquel cas, on doit parler de dépenses mystérieuses sur ma carte bleue.

Elle regarde fixement sa fille

Kate : Quoi ?

Tara : Sinon, je peux chercher le relevé et voir ce que T. et son "amie" ont dépensé.

Kate : OK, j'ai acheté des pulls déchirés à la boutique Dead de Greenview, mais j'ai pas enlevé les étiquettes, donc je les ramènerai, OK ? Et une contrefaçon chinoise de l'Icepack de Gucci... Et des clopes... que j'ai pas fumées, car T. fume des menthols, et ça fait saigner les poumons. Et je trouve ça raciste, aussi. Il me faut mon propre argent.

Tara note tout sur un cahier

Tara : OK, donc je suis revenue, et puis Buck est arrivé... et j'ai botté du cul.

Max : Oh, oui, enfin techniquement, Buck a botté du cul.

Tara : Super.

Marshall : Je l'ai aidé.

Max : Tope là.

Ils se tapent dans la main.

Tara : OK, c'est vraiment bien de pouvoir en discuter en famille. Pas besoin que ce soit bizarre.

Un lourd silence se crée.

Kate : C'est bizarre.

Max

Elle se lève et s'en va.


Max et Tara monte l'escalier.

Tara : J'y crois pas que vous soyez allés au bowling sans moi.

Max : En fait, on y est allés, car Buck a le béguin pour cette plouc de serveuse du snack. Il lui a gagné un Taz en peluche aux jeux vidéo. Elle lui a léché la figure. On savait qu'en arrêtant ton traitement, toute la bande referait surface.

Tara : La tournée des retrouvailles des personnalités multiples.

Max : Voilà, comme Genesis. On a toujours su qu'ils reviendraient sur scène. De toute façon, je, on, ne peut pas comprendre pourquoi t'as besoin d'eux, si on ne les laisse pas venir.

Tara : T'as raison.

Max : Regarde-moi cet œil, il n'est plus violet, il est... jaune hippie, à présent !

Il appuie sous son oeil, où un oeil au beurre noir se trouve

Tara : Ça fait mal !

Max : Désolé.

Tara : Tu te fous de moi.


Tara regarde le linge sale et renifle un des vêtements. Elle monte dans la chambre de Marshall qui regarde un film en faisant ses devoirs

Tara : C'est quoi ?

Marshall : La Boîte de Pandore. G.W. Pabst, 1929. C'est un chef-d’œuvre. Je pourrais le passer au salon, ce week-end.

Tara : Super. On pourrait l'imposer à toute la famille.

Marshall : Louise Brooks va se faire tuer. Ses indiscrétions sexuelles ne resteront pas impunies.

Tara : Chéri ? Tu veux me dire quelque chose ?

Marshall : Il a appelé ?

Tara : Qui a appelé ?

Marshall : Non ?

Tara : Qui ?

Marshall : Je peux être franc avec toi ? J'ai eu des divergences d'opinion avec mon prof d'anglais.

Flashback, dnas la salle de classe

Prof : D'accord, qui peut me donner la signification de la canne d'Ethan dans ce chapitre ?

Marshall et une éléve lèvent la main

Prof : Madison.

Madison : Je crois qu'Ethan a besoin de s'appuyer sur quelque chose.

Prof : C'est une façon de voir, oui.

Marshall : En fait, c'est ouvertement érotique. La canne représente l'érection d'Ethan.

Prof : C'est inapproprié, Marshall.

Marshall : Excusez-moi, M. Gershenoff, je ne suis pas un expert, mais je connais mes triques littéraires.

Fin du flashback. Tara sourit

Tara : Tu veux que je lui parle ? J'en serais ravie.

Marshall : Non, je peux m'en charger. T'as pas besoin de te soucier de mes trucs scolaires stupides.

Kate se fait entendre au loin

Kate : Putain ! Bordel de dieu ! Saloperie !


Tara  va dans la chambre de sa fille qui tente d'enlever une chaussure

Tara : Super.

Kate : Putain ! Maman, cette godasse est maudite. Elle arrive des enfers pour me pourrir la vie.

Tara lui enlève sa chaussure

Kate : Merci.

Tara : Je pensais à la façon dont tu gères tes trucs, à cette ordonnance quand j'étais pas là, et je suis vraiment fière de toi.

Kate : De quoi ? De pas avoir mis une capote, ou autre ?

Tara : En fait, je comprends pourquoi on n'utilise pas toujours des capotes. Le sexe, ça peut être bizarre au départ, tu vois... la nudité, des parties du corps étranges. C'est super gênant. Et on sait pas comment faire. Sache que j'y suis passée et qu'on peut en parler.

Kate : OK. Merci.

Elle se met dans son lit et écoute de la musique. Tara soupire et fait demi-tour mais se ravise.

Tara : Il y a plein de mauvaises infos qui circulent... Tu sais, par exemple, la sodomie, c'est du sexe. Tu vois ? J'ai dit sodomie, je suis cool.

Kate la regarde

Tara : Quoi ?

Kate : Rien, maman. Parfois, tu me donnes l'impression de vivre dans une sorte de pub sans fin pour des tampons.

Max (en arrivant) : Une pub sans fin pour des tampons ?

Tara : Laisse tomber, Max. On a fini.

Elle s'en va laissant Max et Kate ensemble.

Kate : Papa, je déteste quand elle débarque ici et qu'elle fait comme si on pouvait parler de tout.

Max : C'est ta mère, elle tient à toi. Donc, tu dois l'aimer.

Kate : Toi oui, peut-être. Tu l'as épousée. Et tu l'as choisie. Mais pour moi, c'est juste dramatique et bizarre. Ciao.

Il sort dans le couloir et retrouve Tara

Max : Un jour, elle grandira et elle sera humaine, promis. Elle grandira, elle aura des enfants et sera ton adulte de fille, et plus cette saloperie de Barbie Punky.

Tara : J'espérais juste...

Max : Aucun enfant au monde ne veut parler sexualité avec sa mère. Elle va bien.

Tara : C'est toi qui le dis.

Max : Et demain, je vais parler au prof de Marshy, on va régler ça, aussi.

Tara : Quoi ? Mais, il voulait pas qu'on...

Mais Marshall a entendu la conversation

Marshall : Maman... Tu vois... Le truc, c'est que M. Gershenoff est un ours, et... les gens parlent encore...

Max : On a pensé qu'un truc entre hommes était la meilleure solution. Mais... si tu...

Marshall : Si tu veux y aller...

Tara : Non, vous avez tout à fait raison. C'est vraiment la meilleure solution.


Tara et avec Charmaine, sa soeur. Elles sont dans une galerie commerciale.

Charmaine : Pourquoi ça t'ennuie que Marshall ne veuille pas que tu vois ses profs ?

Tara : Comme s'ils me voulaient pas dans les parages quand je suis moi.

Charmaine : Allons, c'est toujours toi.

Tara : Et puis... il a mouillé son lit.

Charmaine : Comment ça ? Il a fait pipi au lit ? Ou sali son lit, façon grand garçon ?

Tara : Il a uriné au lit, Charmaine. Il le faisait quand il était petit, mais ça n'était plus arrivé depuis ses 11 ans. Kate... Je ne comprends pas ce qu'elle devient.

Charmaine : Les enfants réagissent peut-être à un traumatisme.

Tara : Quel traumatisme ?

Charmaine : Tu sais, ton état de... schizophrénie.

Tara : OK, je vais te réexpliquer. La schizophrénie, c'est quand on entend des voix, comme la radio. Moi, c'est pas ça. Je n'entends pas de voix.

Charmaine : C'est vrai, tu joues tous les rôles.

Tara : Je veux un truc pour Kate. Je devrais lui en prendre un comme ça.

Elle regarde les mèches de cheveux colorées.

Charmaine : Elle le portera pendant ses relations non-protégées. Pour pimenter un peu.

Tara : Oui.

Charmaine : Tu sais ce qu'il te faut ?

Tara : Me parle pas de vitamines.

Charmaine : C'est pas que des vitamines. C'est un produit auquel je crois. Sinon, je ne serais pas vendeuse 2ème niveau.

Elle sort un petit paquet de son sac

Charmaine : C'est le booster d'humeur Vita-Self. C'est une potion que tu prends une fois le matin, deux fois le soir, en... lavement.

Tara : Super. Je préfèrerais éviter les... lavements. Désolée.

Charmaine : Achète-le pour me dépanner. Je t'en supplie.


Max creuse un trou pendant que Neil le regarde

Neil : On va sur l'île de Macao, ce week-end ?

Max : T'es sérieux ?

Neil : Allez, y a un concert des Beach Boys sans aucun Beach Boys.

Max : Si je veux assister à un triste déclin, j'ai qu'à regarder ma vie. Merci.

Neil : Ça fait trop longtemps qu'on a pas fait un vrai truc de mecs, tu vois ? On ne fait plus que creuser des trous, soigner des arbres et compagnie.

Max : On est paysagistes, trou du cul.

Neil : Oui, on crée du paysage, mais ça ne doit pas nous définir. On travaillait la terre à 20 ans, mais on était bourrés ! On va sur l'île de Macao, on dépense du fric, et on se prend ces vieilles boissons au Bacardi.

Max : Peut-être. Ça a l'air bien, en fait. Tu vas bosser un peu, ou pas ?

Neil : Je suis hypnotisé par ton cul.


Tara et Charmaine essaye des lunettes de soleil.

Charmaine : Elles sont chiantes. Ça irait mieux.

Deux femmes arrivent :

Laurie : Salut, Tara.

Tara : Salut.

Beth : Donc... tu es sortie ? Comment ça va ?

Tara : Bien... oui, bien. Et vous, les filles ?

Beth : J'ai pensé à toi.

Tara : Oh, mon Dieu, j'ai oublié, J'allais faire un gâteau pour la vente de charité. Pour les petits Brésiliens au palais fendu.

Beth : C'est pas ça. J'y comptais même pas. Enfin, tu as tellement de soucis avec ce bazar avec le petit-ami de Katie.

Charmaine : C'est pas son petit-ami.

Beth : Ils ont flirté, peu importe.

Charmaine : Ce Benjamin n'est qu'un grossier petit merdeux qui manque de respect aux jeunes filles, et qui met du liner. On y va.

Elle pose les lunettes et emmène Tara plus loin.

Laurie : Ce fut un plaisir, Tara.

Beth : Repose-toi, Tara.

Charmaine : Tara, tu peux pas rester sans rien dire !

Laurie : Je sais, je peux pas... Je me sens pas...

Charmaine : OK, OK !

Tara ferme les yeux et sourit.

Charmaine : Tara ?

En prenant du fond de teint.

Tara : Quelle teinte merveilleuse !


Marshall et Petula, une amie, marchent dans le couloir du lycée.

Petula : Oh, putain ! Ne laisse pas Gershenoff t'intimider. Ce type est diplômé d'une école publique.

Marshall : Ca doit être ça.

Petula : Et puis, il peut faire quoi ? Aller pleurer chez le principal Frankel parce que tu as signalé du sexe dans un roman ? Je supporte pas ces conservateurs incontinents. Qu'est-ce qu'il y a ?

Marshall s'arrête à son casier et semble mal à l'aise.

Marshall : Rien. J'apprécie ton intérêt, Petula.

Petula : Tu sais combien ça compte pour moi.


Au travail, Max semble presser

Max : Je dois aller à ce truc parents-profs, donc tu surveilles pendant que je suis pas là, OK ?

Il s'en va vers sa voiture laissant Neil seul.

Neil : Et si un des gars me pose une question. Je parle pas espagnol. Et si... Et si les proprios reviennent ? Et si je fais du boulot en plus qui n'est pas prévu au devis ?

Max : Tu vas faire du boulot en plus ?

Neil : Bon, tu sais quoi ? Je te couvre, OK ? Je trouve ça injuste que tu doives tout faire. Tara peut pas te relayer ?

Max : Ciao !

Il monte dans la voiture

Neil : Vous êtes si co-dépendants !

Max : C'est l'amour, mon pote !

Neil : L'amour, ouais, OK ! C'est pas mal. On est comme ça, Maxwell. Remercie le Seigneur, aussi. Je suis toujours à la bourre, défoncé...


Il y a un changement de personnalité : Alice apparait et fait de la cuisine. Elle va ensuite apporter son gateau au lycée à Beth et Laurie.

Alice : Bonjour Laurie, Beth. Je suis Alice.

Beth : Bien sûr... Alice.

Alice : Voici mon gâteau. Pour les petits Brésiliens.

Laurie : C'est très... élaboré.

Alice : Vous trouverez aisément où le placer. Vous pourriez bouger cette... chose.

Elle montre un gateau

Alice : Au plaisir.

Elle s'en va laissant Laurie et Beth avec le gateau de les mains

Laurie : Ce sont... ?


Max a rendez vous avec le prof d'anglais de Marshall

Prof : Je regrette que Marshall croie ça. De mon côté, il n'y a rien de personnel. J'ai un programme à appliquer. Ce n'est pas le Vermont, ici.

Max : Ouais, m'en parlez pas.

Prof : Je comprends que vous... ayiez un contexte familial farfelu, M. Gregson. Mais dans ma classe, ça ne rend pas Marshall plus intéressant, ni supérieur aux autres. Bien qu'il semble croire le contraire.

Max : Nous sommes d'accord sur notre désaccord, parce que merde, ça me semble sacrément personnel.

Alice arrive dans la salle

Alice : Vous me faites une place ?

Elle s'asseoit à côté de Max

Max : Ça va. Je règle cette affaire.

Alice : Elle le sera sous peu. Je déposais une douceur pour la vente de gâteaux. J'en ai profité pour passer voir le professeur de mon garçon. M. Gershenoff, c'est un réel plaisir.

Prof : Merci.

Alice : Nous sommes terriblement inquiets pour notre Marshall. Avons-nous de quoi nous inquiéter ?

Prof : Disons que Marshall est un défi unique.

Alice : Qu'en est-il de vos défis ?

Prof : Pardon ?

Alice : M. Gershenoff, c'est bien trop formel. Puis-je vous appeler par votre prénom ? Quel est votre prénom ?

Prof : Oral.

Alice : M. Gershenoff, nous connaissons tous le fond du problème. La différence. Et vous, plus que quiconque, devriez comprendre. Pauvre petit Oral Gershenoff, assis au fond de la classe, avec ses drôles de cheveux et son drôle de nom. Rêvassant des... sports qu'il ne pratiquera jamais, et des filles qu'il ne touchera jamais. Vous savez, chouchouter les capitaines de foot et les reines du bal d'aujourd'hui n'apaisera pas les blessures d'hier. Ils ne vous apprécieront guère plus qu'ils ne le faisaient alors. Et s'en prendre à l'enfant bizarre n'aidera pas l'enfant bizarre en vous. Commencez par l'amour, Oral.

Prof : Je ne voulais pas montrer Marshall du doigt. J'ai donné du travail en plus, donc s'il le fait, il pourra conserver sa moyenne. Ce fut un vrai plaisir, Oral. Une très belle journée à vous.

Elle lui serrent la main et fait signe à Max de la suivre. Elle se lève et part.


La famille dîne au restaurant, Tara ayant toujours la personnalité d'Alice

Marshall : Oh mon Dieu, tu m'as sauvé la vie.

Alice : Oh, les gens.

Max : C'était incroyable.

Alice : Oh, tu l'as fait, Alice.

Max : C'était un "Tour de Force"

Alice : Le Français est une langue si expressive. N'est-ce pas, Kate ?

Mais celle-ci à les yeux rivés sur son portable

Marshall : Je peux prendre du vin avec le menu ?

Max : Non.

Alice : Quand on nous pose une question, il est de bon ton de lever les yeux pour répondre gentiment.

Kate : Maman revient quand ?

Alice : Tara n'est pas à même de gérer cette famille, présentement. Nous sommes parvenus à un consensus, et c'est de moi dont vous avez besoin.

Kate rit et un téléphone sonne

Alice : Cesse avec ton jouet. Tu communiqueras avec ton chéri plus tard.

Marshall : Rien qu'un verre ?

Max : Non.

Il prend son portable et regarde pourquoi il sonne

Alice : Pour l'amour du ciel.

Kate : Alice, je n'ai plus de chéri. Car ma mère s'est changée en homme, est venue à l'école, et l'a battu sous les yeux de toutes mes connaissances.

Alice : Il avait de mauvais gènes. Vous enfants auraient été moches et stupides.

Kate se lève

Max : Où tu vas ?

Kate : J'ai besoin d'air.

Une serveuse arrive avec les plats

Max : Voilà le festin. Le poulet, s'il vous plaît. Merci.

Alice : Je reviens vite, mon cœur.

Elle se lève et va rejoindre Kate dans les toilettes

Alice : Qu'y a-t'il ?

Kate : Rien qu'une journée étrange.

Alice : Et bien, détache-t'en, car nous allons passer un bon dîner.

Kate : Je veux pas passer un bon dîner.

Alice : Kate, je sais que tu ne m'apprécies guère, mais je m'inquiète de ton évolution en tant que jeune femme. Tes mœurs sont légères. Tu ne conserves pas ta fleur.

Kate : Qu'est-ce que tu veux, Alice ?

Alice : Sache que même si je désapprouve fortement la manière dont tu te comportes, ta mère t'aime beaucoup. Tu dois savoir qu'elle ne voulait pas paniquer sur ces pilules que tu as rapportées. Mais elle ne veut pas que tu sois... intime, à ton âge. Car elle t'a eue à 19 ans, et ce fut une réelle épreuve.

Kate : Je ne suis pas une épreuve. Je suis géniale.

Alice : Tu es une fieffée ingrate.

Kate : Tu veux dire une salope ? Une fille qui aime les mecs ? Qui fait savoir aux mecs qu'elle les aime ? Une fille qui a des orgasmes ? Qui gémit, gémit, et crie d'extase ? Une fille qui suce, et baise ? Une fille qui aime aussi par derrière ?

Alice : Il suffit. Je vais te laver la bouche avec du savon.

Elle met du savon sur ses mains

Kate : C'est une blague, ou quoi...

Alice : Vois donc.

Et elle lui plaque sa main sur sa bouche.

Marshall : Ce que je voulais dire, sur...

Alors que Marshall et Max parlent, ils entendent de leur table les cris venant des toilettes. Max arrive et voit Kate repoussé Alice

Kate : T'es pas malade ?

Max : Putain, quoi ?

Il prend Alice dans ses bras.

Kate : Papa !

Elle part en colère, suivit de Marshall qui tente de la rattraper

Max (à Alice): Ça va ?


Sur le parking, Marshall a rejoint Kate

Kate : C'est complètement taré ! Je veux me barrer.

Marshall : Comment ?

Elle rentre dans le restaurant et va parler à un employé

Kate : Vous embauchez ?

Employé : Toujours.

Kate : Je voudrais postuler.

Employé : Pourquoi vous voulez travailler ici ?

Kate : J'adore servir les gens.

Il sourit.


Marshall est dans sa chambe occupé à construire une maquette quand Alice arrive.

Alice : J'ai trouvé une touillette si tu veux faire un bâton de marche.

Marshall : Cool, merci.

Alice : Tu veux que je te borde ?

Elle se dirige vers son lit

Marshall : J'ai 14 ans, Alice. Je crois que je peux m'en sortir.

Alice : Je sais que tu as fait pipi au lit. Il ne faut pas avoir honte d'une perte de contrôle. Beaucoup d'hommes prestigieux ont eu leurs petits soucis. Par exemple, Cary Grant aimait porter des sous-vêtements de femme.

Marshall : Je ne sais pas ce qui s'est passé. Ça n'était pas arrivé depuis longtemps. C'est bizarre.

Alice : Ça n'est pas de ta faute, mon cœur. Tu sais, un jour, si tout se passe comme je l'espère, je serais là tout le temps. Ça ne sera pas chouette ?


Max ouvre la porte de la chambre de Kate.

Max : Toc toc.

Kate : Ne rentre pas.

Max : Allez, accorde-moi 2 minutes, 3 au max.

Il s'asseoit à côté d'elle

Max : C'est de la cire ?

Kate : 90 secondes.

Max : Je suis désolé pour Alice. Te laver la bouche avec du savon, c'est de la folie. Mais c'est plutôt drôle. Non ?

Kate : C'est aussi drôle qu'un grain de beauté cancéreux.

Max : Marsh m'a raconté ce qui s'est passé. C'est injuste. Je suis désolé, chérie.

Kate renifle d'un bruit suspect son père lui tend un album

Kate : C'est quoi ?

Max : Tu te souviens de ces photos dans la boîte à chaussures ? Alice les a rangées dans la journée, et elle a fait un album photos.

Kate : Alice a fait ça ?

Elle ouvre l'album et tombe sur une photo

Kate : Oh mon Dieu !

Max : Bonjour, je viens de chier dans mon pantalon.

Kate : Regarde maman.

Max : Oui, elle est magnifique.

Kate : OK, c'est fini.

Max : Tu veux que je te le garde ?

Kate : Non, je vais juste... le garder un petit peu.


Alice monte rejoindre Max qui regarde la télé, allongé sur le lit.

Alice : Je t'ai préparé un repas formidable pour demain. Il est au frigidaire.

Max : Où sont les enfants ?

Alice : Kate est sur l'ordinateur, sûrement en train de regarder des sites pornographiques. Je ne comprends pas que tu l'autorises, mais ça ne me regarde pas.

Elle installe une table à repasser.

Alice : Et Marshall travaille sur "L'hiver de notre mécontentement" C'était un de mes livres favoris, à Radcliffe.

Max : T'as jamais fait Radcliffe. Qu'est-ce que tu fais ?

Alice : J'allais juste repasser cette vieille salopette.

Max se lève et prend son jean

Max : Ne fais pas de plis sur mes jeans. Et pourquoi tu as voulu nettoyer la bouche de ma fille ?

Alice : Elle parlait de façon très inconvenante.

Max : Elle a toujours été franche et c'est pour ça qu'on l'aime, donc... Dorénavant tu devrais me laisser décider de la punition, OK ?

Alice : Je voulais juste aider.

Max : Oui, je sais.

Il va de nouveau regarder la télé sur son lit. Marshall installe une serviette sur son lit pendant que dans la cuisine, Kate regarde les photos. Max va se coucher à côté d'Alice.

Alice : Allez. Tu ne veux pas faire un bébé ?

Max : Non. Et Tara non plus. Elle a un stérilet.

Alice : Ces choses ne sont pas fiables, tu sais ? Elles ne sont pas naturelles. Un outil de Satan.

Elle tente de l'embrasser mais il se retourne.

Alice : Alors, c'est tout ?

Max : C'est tout.

Alice : Tu m'abandonnes.

Max : Quelque chose me dit que tu n'as besoin de personne.

Ils se regardent fixement

Alice : Quoi ?

Max : Rien. Je cherchais juste quelqu'un.

Tara is in her room, the camera is running.

 

Tara : I just really resent picking up after them. Not the kids. The alters. The messes they make can be ...astounding. I mean having multiple personalities is like ... hosting a kegger in your brain. Only you are passed out cold while everyone else is just trashing with joy.

 

Tara’s family gathered in the lounge.

 

Tara : This family meeting is called to order.

Marshall : I'd like to call them summits. It sounds more global, almost Swiss.

Tara : OK. So ... Friday afternoon, I believe T was in here, right?

Max : That was definitely T time.

Tara : In which case we need to talk about some mysterious charges on my credit card.

Kate : What?

Tara : Or, I could look up the statement and see where T and her "friends" spent my money on.

Kate : OK, I so I got some skunk shirts at that dead mall in Greenview but I didn't take off the tags so I'll return them, OK? And also bought some Fake products ... And some cigarretes, which I did not smoke because T gets Menthols and I think it does make her lungs bleed and I also think they're racist. I need my own money.

Tara : OK, so then I came back, and I was... Buck... And then I kicked some ass...

Max : Oh yeah. Well, technically, Buck kicked some ass.

Tara : Great.

Marshall : I helped.

Max : High five.

Tara : OK, that's really good, we can discuss this as a family. Doesn't have to be weird.

Kate : It's weird.

 

Later, Tara and Max discuss

 

Tara : So I can't believe you guys went Bowling without me.

Max : We only went there because Buck has a thing for that Hillbilly waitress, at the snack bar. He wanted our stuff ..... as the arcade game. Then she licked his face. Look, we knew when you're off the meds the whole gang will resurface.

Tara : Yeah, multiple personality reunion tour.

Max : Like them, man, we always knew that stage would come back. Anyway, I can't, we can't, begin to understand why you need them, Unless we let them show themselves.

Tara : You are right.

Max : Look at your poor eye, This is not a purple anymore, it's kind of a funky, seventies, yellow now...

Tara : That hurt!

Max : Sorry.

Tara : You are laughing.

 

Tara enters the chamber Marshall. Marshall watches a movie on his computer.

 

Tara : What's this?

Marshall : Pandora's Box. G. W. Pabst, 1929. It's a masterpiece. I could screen it in the living room this weekend..

Tara : Sounds great.

Marshall : We could subject the whole family. Louise Brooks is about to be murdered. Her sexual indiscretions will not go unpunished.

Tara : Honey? Is there anything you wanna tell me?

Marshall : Did he call?

Tara : Did who called me?

Marshall : He didn't?

Tara : Who?

Marshall : I've been having some differences of opinion with my english teacher.

 

Classroom

 

Professeur Gershenoff : All right, so can anyone tell me the significance of Ethan's walking stick in this chapter? Yeah. Madison.

Madison : I think that Ethan needs something to lean on.

Gershenoff : That's one way to look at it, yeah.

Marshall : Actually, it's playing the erotic. The walking stick represents Ethan's erection.

Gershenoff : That's inappropriate, Marshall.

Marshall : Excuse me, Mr. Gershenoff, I am not an expert or anything, but I think I know my literary boners.

 

Tara : Won't you want me to talk to him? I'd be more than happy to...

Marshall : No, I can handle it. The last thing you need is to worry about my stupid school stuff.

 

Kate : Fuck me! God damn it. Piece of shit.

Tara : Nice.

Kate : Fuck! Mom, this boot has come from hell. Just came from the bottom of hell to make my life miserable. Thank you.

Tara : Hey, so, I was thinking about how you took care of stuff, with that prescription, when I wasn't around. And that I'm very proud of you.

Kate : For what? Like why I didn't use a condom or something?

Tara : Actually I think I know why people don't always use condoms. Sex can be bizarre, when you first start doing it... I mean... Naked people, weird body parts. It's awkward as hell.  And nobody knows how to act. I just want you to know I've been there and we can talk.

Kate : OK. Thanks.

Tara : It's just there's a lot of misinformation floating around, you know. For instance, anal sex is sex. See? I just said anal sex, I am pretty cool! - What?

Kate : It's nothing, Mom. It's just sometimes you make me feel like I'm living in some sort of life-time lady tampon movie.

 

Max goes in the hallway of rooms

 

Max : What is a life-time lady tampon movie?

Tara : Forget it, Max, the conversation is over.

 

Tara fate.

 

Kate : Dad, I hate it when she just swoops in here and acts like we can just talk about anything.

Max : Well. She's your mother, and she cares, so you gotta love her.

Kate : You have to maybe, you married her. You chose that. But for me, it's just drama and weirdness. Bye.

 

Max out closing the door of the room. Tara is in the hallway?

 

Max : One day, she'll grow up and be a person, I promise. She'll grow up, she'll have kids of her own and be your adult daughter, not this evil, fucking Bratz doll.

Tara : I was hoping that...

Max : Hey, there's not a kid in the world who wants talking with her mother about sex. She is fine.

Tara : From your lips.

Max : And tomorrow, I'm gonna talk with Marshall's teacher We're gonna straighten that out as well.

Tara : What? I thought he didn't want us to...

Marshall : Uh... Mom... You see... the thing is... Mr. Gershenoff is kind of a bear... and... people are still talking ...

Max : Hey, we just thought a man to man thing might be the right to play this guy. But ...

Marshall : yeah ... yeah...

Max : Yeah, I mean if you want to go...

Tara : No, no, you guys are absolutely right. That's exactly what I would have played.

 

Tara went shopping with Charmaine in a mall.

 

Charmaine : Why do you care if Marshall doesn't want you to talk to his teachers?

Tara : They don't even want me around when I'm me.

Charmaine : Please, it's all you.

Tara : Plus...he wet the bed.

Charmaine : How so? Peed in the bed? Like baby gu-gu-ga-ga? Or wet the bed?

Tara : He urinated in bed, Charmaine. He used to do it all the time when he was a kid, but not since he was 11. Kate ... Who she is becoming?

Charmaine : Maybe the kids are responding to trauma.

Tara : What trauma?

Charmaine : You know, your schizophrenia. Situation.

Tara : OK, let me explain. Again. Schizophrenia is when you hear voices, like the radio people. I don't have that, I don't hear voices.

Charmaine : Right, you do the whole characters. I'm gonna get something for Kate. Maybe I should get her one of those. She can wear it while having unprotected sex. Spice things up a bit.

Tara : Yeah.

Charmaine : You know what you need?

Tara : Better not be vitamins.

Charmaine : These are not just vitamins. It is something I believe. Or not be love with him. This is vita-self mood-booster remix. Just a little drink you do once in the morning, twice in the evening, like a water flush.

Tara : Sounds great. I just rather not ... flush. Sorry. Buy some and help me out a little. I bet you want.

 

Max works in the garden for a client. He chats with one of its employes.

 

Employé : Let's go to Macaw island this weekend.

Max : You serious?

Employé : Come on, man, the Beach Boys that play there aren't actually the Beach Boys.

Max : When I want to witness someone's decline, I just have to look at my own life. Thank you.

Employé : It's been too long since we got some intense manly stuff, you know. All we do now is shubble dirt and nurse trees and shit.

Max : We are landscapers, asshole.

Employé : Yes, we scape the land, but, I mean, we can't let that define us. We used to work the land in our twenties, but man, we did it drunk! Go to Macaw island, spend some money, get some good old drinks.

Maybe.

Max : That sounds good, actually. You're doing work here or what?

Employé : I'm mesmerized by your ass.

 

At the mall, two young women approach Tara and Charmaine.

 

Charmaine : This not. This will be good.

Laurie : Hey, Tara.

Tara : Hey. Hi

Beth : Wow. So you're having a walk. How are you?

Tara : Good. How are you guys?

Beth : I've been thinking about you.

Tara : Oh my god, I completely forgot. I was gonna make a cake for the bake sale. I'm sorry. For the cleft palate kids in Brazil.

Beth : No, not that. I didn't even really count on it. I mean, you just have so much on your plate, with that brew-ha-ha with Kate's boyfriend.

Charmaine : He's not her boyfriend.

Beth : Hook-up, whatever.

Charmaine : OK, that Benjamin is an abusive little shit who disrespects young ladies while wearing highlighter.

Laurie : It is good to see you, Tara. Get some rest, Tara.

Charmaine : Tara, you just stand there and take it.

Tara : I know, I ...

Charmaine : I'm not feeling...

Tara : Okay!

Charmaine : Tara?

Tara : What a marvellous shade!

Charmaine : Oh, fuck!

 

Tara just leave place for Alice.

In the school corridor,  Marshall is talking with a friend.

 

Petula : Don't let Gershenoff intimidate you. I mean, the man has a BA from a state school.

Marshall : I guess...

Petula : Besides, what can he do? Run crying to principle Frankel just 'cause you pointed out some sex in a novel? Ugh, I can't stand these

conservatives bed-wetters. What's wrong?

Marshall : Nothing. I appreciate your concern, Petula.

Petula : You know how much I care.

Marshall : Yeah.

 

At the customer

 

Max : I gotta hit that parent-teacher conference, so keep an eye on things while I'm gone, OK?

Employe : Hey, what if one of those guys ask me a question? I don't speak Spanish. What if the owners come home? What if I start doing a bunch of extra work that isn't in your bid?

Max : You're gonna do a bunch of extra work?

Employe : Hey, you know what, I'm looking out for you, okay? I think it's unfair you gotta do all the work here. Can Tara do some of it?

Max : Later!

Employe : You are so codependent!

Max : Is called love, brother.

Employe : Called love, yeah! It is not bad. Say we all, Maxwell. Thank Jesus too, man. I'm always late, usually stoned.

 

In the kitchen of Tara, Alice draws up a cake she brings to scholl, for Laurie and Beth.

 

Alice : Hello Laurie, Beth. I'm Alice.

Laurie : Right... Alice.

Alice : I brought my cake, for the Brazilian kids.

Beth : Wow, that is... elaborate.

Alice : I'm sure you'll figure out where to put it. You can move whatever that is. So long..

Beth : Is that...?

 

Alice joined Max in class of Marshall.

 

Gershenoff : Well, I'm sorry if Marshall feels that way it's certainly not personal on my end. There's a curriculum that I have to follow. We are not in Vermont.

Max : Tell me about it.

Gershenoff : Yeah. I understand that you ... have an odd family situation, Mr. Gregson. But in my classroom, that makes Marshall neither more interesting nor more superior. Although he seems to think it does.

Max : Well, we are just gonna have to agree to disagree, because, to me, that sounds pretty fucking personal.

Alice : Knock-knock. Room for one more?

Max : I'm OK. I got this covered.

Alice : it won't be more than a minute. I came by to drop off some treats for the bake sale, and figured out while I was here I'd popped in and make my boy's teacher. Mr. Gershenoff, it is such a pleasure.

Gershenoff : Thank you.

Alice : We are so very worried about our Marshall. Should we be concerned?

Gershenoff : Well, it's Marshall unique challenge.

Alice : And what about your challenges?

Gershenoff : I'm sorry?

Alice : Oh, Mr. Gershenoff, I feel so formal. May I call you by your first name? What is your first name?

Gershenoff : Orel.

Alice : Mr. Gershenoff, we all know what this is really about. Being different. And you, out of anyone, must understand. Poor little Orel Gershenoff, sitting in the back of the class, with his funny hair, and his funny name. Day-dreaming about sports he'd never play and girls he'd never touch. You know, pandering to the football captains and prom queens of today will not take away the pain of yesterday. They can't appreciate you now anymore than they did back then. And taking it out on the weird kid will not help that little kid in there. It's time to start loving Orel.

Gershenoff : I never meant to single Marshall out. I designed some extra credit so if he completes it, he can keep his grade average.

Alice : Such a pleasure to meet you, Orel. Have a wonderful day.

 

Later, Gregson’s family is at fastfood.

 

Marshall : Oh my God, you saved my life.

Alice : That thing.

Max : It was amazing.

Alice : No you did, Alice.

Max : It was a tour de force.

Alice : Oh, the French language is so expressive, don't you think, Kate?

Marshall : Can I have one more...?

Max : No.

Alice : When someone asks you a question, is customary to lift your gaze to meet theirs and responding kind.

Kate : When is mom coming back?

Alice : Tara is not ready to manage this family at the moment Now we've all come to a consensus and I think you need me right now. That's enough with your gadget. You can communicate with your boyfriend later.

Marshall : Just one glass?

Max : No.

Alice : Oh, for goodness.

Kate : Alice, I don't have a boyfriend anymore. because my mom turned into a man, came to school and get him slapped while everyone I ever met watched.

Alice : Well, he had bad genes. Your children would have been ugly and stupid.

Max : Where you going?

Kate : I just need some air.

Max : The feast is here. Chicken, please.

Server : Here you are.

Max : Thank you.

Alice : Back in a moment, sweetheart.

 

Alice joined Kate in the toilet.

 

Alice : What is it?

Kate : I'm just having a weird day.

Alice : Well, snap yourself out. We're here to have a nice dinner.

Kate : I do not want to have a nice dinner.

Alice : Kate, I know you aren't fond of me. But I am concerned about your development as a young woman. You are promiscuous. You aren't guarding your flower.

Kate : What do you want, Alice?

Alice : I want to let you know that even though I deeply disapprove of the way you carry yourself, your mother loves you very much.

Kate : Yeah?

Alice : Yes. She wants you to know she didn't mean to overreact about those pills you brought home. She just doesn't want you being... intimate, at your age. Because she had you at 19 and that was quite a hardship.

Kate : I'm not a hardship. I'm awesome.

Alice : You're a graceless ingrate.

Kate : You mean slut? A girl who likes boys? Lets the boys know that she likes them? A girl who orgasms? Who moans and moans and screams in ecstasy? A girl who sucks and fucks. A girl with absolutely no backdoor shyness?

Alice : That's it. I'm going to wash your mouth with soap.

Kate : I don't think...

Alice : Try it.

 

Marshall : What I'm saying ...

Max : Hey!

Kate : Are you insane?

Max : What the fuck?

Kate : Dad!

 

Marshall : Kate?

Max : You okay?

 

Marshall : Kate?

Kate : This is fucking bullshit! God, I want out.

Marshall : How?

 

Kate : Are you hiring?

Server : Always.

Kate : I'd like to fill out an application.

Server : Why do you want to work here?

Kate : I love to serve people.

 

Back at home, Alice comes to see Marshall in her bedroom.

 

Alice : I found a coffee stir, if you need a little walking stick.

Marshall : Cool, thanks.

Alice : Would you like me to tuck you in?

Marshall : I'm 14, Alice. I think I can handle it.

Alice : I know you tee-teed in your bed. You know, lack of control is nothing to be ashamed of. Lots of important men through our history have had their problems. For instance, Cary Grant liked to wear women's underwear.

Marshall : I do not know what happened, I mean, I haven't had peed in bed in years. It is weird.

Alice : It's not your fault, sweetie. You know, someday, if everything goes the way I'm hoping... I'll be here all the time. Won't that be fun?

 

Max : Knocking.

Kate : Don't come in.

Max : Come on. Give me two minutes. Three minutes tops. What's that, wax?

Ninety seconds.

Max : Ok. I'm sorry about Alice. Washing your mouth, that was obviously crazy. Is kind of funny though, right?

Kate : It's about as funny as an irregular mole.

Max : Yeah.

Kate : Yeah.

Max : Marsh told me about what happened. It's unfair. I'm sorry, honey.

Kate : What's that?

Max : Know all those photos we just keep in a shoe box? Alice organized them all earlier today. Made it into a photo-album.

Kate : Alice made this?

Max : U-huh.

Kate : My god.

Max : Hello, I just crapped my pants.

Kate : Look at Mum.

Max : Yeah... she's beautiful.

Kate : Yeah. Your time's up.

Max : OK. You want me to hand it over for you?

Kate : No, I think I'll just... kind of... Hang on to it for a second.

 

Max is lying on the bed. Alice returned to their room, she released an ironing board.

 

Alice : I made you a marvellous lunch for tomorrow. It's in the icebox.

Max : Where are the kids now?

Alice : Kate's on the computer, probably looking at that  hot topic pornography. I don't know why you allow it. I'm sorry, not my place to say. And Marshall is working on his Winter of Our Discontent project. That was one of my favorite books at Radcliffe.

Max : You didn't go to Radcliffe. What are you doing?

Alice : I was just going to press this old dungarees.

Max : Don't put creases in my jeans, ok?. Why did you feel the need to sanitize my kid's mouth anyway?

Alice : She was using some very unbecoming language.

Max : Well, she's always been outspoken, and that's why we love her so, maybe from now on, let me do all the punishment.

Alice : I'm just trying to help.

Max : Yeah. I know you are.

 

Later

 

Alice : Come on. Don't you want to make a baby?

Max : No. And you know how is Tara, she's got an IUD.

Alice : Those things are known to fail, you know. They're an unnatural device. Satan's treat. So that's that then?

Max : That's that then.

Alice : You're abandoning me.

Max : Something tells me you can  take care of yourself.

Alice : What?

Max : Nothing. I'm just looking for someone.

 

 

Kikavu ?

Au total, 8 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

teddymatt 
01.09.2016 vers 05h

breched 
Date inconnue

elyxir 
Date inconnue

Olyne 
Date inconnue

langedu74 
Date inconnue

souplineuh 
Date inconnue

Vu sur BetaSeries

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci aux 4 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Ne manque pas...

Vote pour les HypnoAwards 2018 jusqu'au 26 août !
Jusqu'au 26/08 | Votez nombreux !

Découvre notre nouveau numéro d'HypnoMag, notre webzine, avec Christopher Gorham en couverture !
HypnoMag | Découvre le numéro 9 !

Activité récente

Photo du mois
22.07.2018

Toni Collette
24.07.2018

Keir Gilchrist
24.07.2018

Brie Larson
24.07.2018

John Corbett
23.07.2018

Les Forums
22.07.2018

Notre quartier
22.07.2018

Actualités
Patton fait son cinéma

Patton fait son cinéma
Patton Oswalt (Neil) joue au côté de Emma Watson et Tom Hanks dans The Circle. Le film sorti en...

Brie fait son cinéma

Brie fait son cinéma
Brie Larson (Kate) est à l'affiche du film Free Fire de Ben Wheatley qui sort aujourd'hui. Synopsis...

Focus sur USOT

Focus sur USOT
Héhé ! Découvrons (ou redécouvrons) ensemble United States Of Tara à travers un nouveau Focus Sur....

Sortie cinéma | Krampus avec Toni Colette

Sortie cinéma | Krampus avec Toni Colette
Toni Collette est à l'affiche du film Krampus, sorti mercredi 4 mai dans les salles de cinéma...

Sortie Cinéma | Crazy Amy avec Brie Larson

Sortie Cinéma | Crazy Amy avec Brie Larson
Dès demain, vous pourrez retrouver dans les salles de cinéma françaises la comédie américaine Crazy...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage

Notre série était diffusée sur Showtime, mais quelle autre série aimez-vous de cette chaine ?

Total : 45 votes
Tous les sondages

HypnoRooms

Luna25, Avant-hier à 12:13

Plus que quelques jours pour

ophjus, Avant-hier à 18:42

4 animations super sympa dans les forums du quartier The 100 !

Chaudon, Hier à 14:55

Nouvelle animation sur le quartier "Elementary" avec un quiz sur les 5 premières saisons de la série ! Venez jouer !

CastleBeck, Hier à 15:26

Une nouvelle catégorie attend vos votes pour les HypnoTIU Awards. Rendez-vous sur le quartier This Is Us

CastleBeck, Hier à 16:21

Vous pouvez également voter pour la 8e catégorie des Awards du quartier Lethal Weapon

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site